Skip to main content
Atelier workshop Pass
Pass Intelligence collective Éducation

INSIDE THECAMP : Le Pass vu de l’intérieur…

Comment vit-on une journée de formation dans un lieu hors du commun, avec une pédagogie innovante ? Un participant nous raconte son expérience.

L’entrée en matière par le jeu

Il n’est pas encore neuf heures du matin, le bleu du ciel de Provence met en valeur les paysages naturels qui entourent ce lieu si particulier, à la fois futuriste et apaisant. La cafèt’ fait déjà plein, des groupes se forment ici et là, les gens circulent, et j’aperçois derrière les vitres de leurs bureaux les reflets des équipes à leurs postes. Comme convenu, je me trouve en face de l’olivier central, notre point de rencontre, au milieu d’une quinzaine d’inconnus. Tous paraissent très désireux d’en savoir plus sur ce concept en vogue, l’« intelligence collective ».

Notre intervenant, Antonin Léonard, est entrepreneur et conférencier spécialiste de l’intelligence collective, de l’économie collaborative et du futur du travail, thèmes qu’il a expérimentés concrètement au sein du collectif OuiShare dont il est l’un des cofondateurs. Il nous invite à le suivre au grand air sur la pelouse. Aussitôt fait, il nous surprend en nous proposant d’improviser la mise en scène d’une situation imaginaire, dans laquelle notre responsable viendrait nous annoncer notre licenciement, car nos postes seraient sur le point d’être occupés par des robots. Que faire ?...

Un peu perdus mais motivés, nous nous lançons. En moins de vingt minutes, la scène est jouée avec brio. Forts de nos performances créatives, et, il faut le souligner, bien plus détendus, nous partons commencer notre journée.

Projetons nos réalités

Dès le début, chacun d’entre nous est invité à se situer par rapport au sujet qui nous réunit, en décrivant son entreprise, ses niveaux de collaboration et de hiérarchie et l’organisation du travail au quotidien. Nous partageons alors nos propres définitions de l’« intelligence collective », que le formateur recadre à l’aide de ses outils.

Sans plus tarder, il nous met en situation de faire : en partant des défis auxquels nous sommes confrontés au quotidien, nous devons élaborer ensemble une solution originale qui devra se baser sur des principes d’intelligence collective. Voilà qui paraît très excitant !

Installés autour d’une table, nous comprenons alors que la journée sera faite de réflexion favorisée par les échanges, par les exercices et surtout par l’expérimentation. Nous nous répartissons en petits groupes : à chacun son défi (et son opportunité), à chacun de trouver une solution pour y répondre et le processus pour la mettre en place. En apprenant à nous connaître sur le tas, nous démarrons ainsi notre propre chantier.

Prendre du temps et du recul

Midi sonne et nous invite à laisser le chantier, le temps d’une pause, pour y revenir l’esprit plus clair après. Partis à la découverte du lieu, nous cheminons à travers les allées de cistes, d’immortelles, d’euphorbes et de lavandes, pour nous éloigner petit à petit du bâtiment principal en direction des hébergements construits en bois. Nous empruntons l’escalier extérieur pour accéder au point de vue qui domine la plaine. La montagne Sainte-Victoire et la chaîne de l’Étoile nous offrent des repères sur l’horizon, la pinède environnante annonce la présence d’espaces protégés tout près d’ici.

Cette position privilégiée nous permet de mieux appréhender l’environnement de thecamp, ses cylindres en verre disposés comme des cellules biologiques et surplombés d’une toile blanche protectrice « pour permettre aux idées d’éclore », comme le décrit l’architecte Corinne Vezzoni, conceptrice du lieu.

Notre atterrissage se fait en douceur, en partageant un savoureux repas végétarien, l’occasion pour nous de tester une manière de manger à moindre impact sur l’environnement.

Modifier son approche concrètement

Si l’apprentissage se fait sur du concret, la conduite de l’atelier se base sur des principes théoriques et des pratiques clés, dont une stratégie d’intelligence collective doit tenir compte pour réussir. C’est ainsi qu’à chaque étape de la construction de notre prototype, notre coach invoque des notions très diverses mais interconnectées, comme les structures de pouvoir d’une organisation, les principes d’autonomie et d’alignement, l’importance du mythe, les notions de confiance et d’engagement, l’approche par l’expérimentation, le rôle du troll…

Après beaucoup de réflexion et d’échanges, et tout en tenant compte à chaque étape de principes et des recettes essentiels, nous formalisons nos hypothèses, définissons le processus et peaufinons enfin nos prototypes d’innovation ou de changement culturel au sein de l’entreprise.

Les résultats dépassent nos attentes. Nous repartons de là avec des pistes prometteuses à privilégier au sein de nos sociétés, l’envie d’agir et surtout avec l’intime conviction d’avoir compris ce qu’implique de travailler collectivement en toute intelligence !