Skip to main content
Smartport Marseille Fos
Expérimentation – Lab Innovation

Construire le port du futur via l’innovation ouverte

Le Smartport Challenge se conclut le 4 juillet avec le Smartport Day #1, ouvert au public, à Marseille. Comment grands groupes et startups ont-ils collaboré ? Jonathan Blaise, chef de projet au Lab de thecamp, nous répond !

Salut Jonathan ! Le Smartport Challenge, c’est quoi ?

Marseille Fos est le premier port de France et le deuxième en Méditerranée. Mais le monde change, et le port aussi doit évoluer, tout comme d’autres industries. Le Port de Marseille Fos, la CCI Marseille-Provence et Aix-Marseille Université travaillent donc ensemble pour créer un “smart port” : un port plus fluide, plus vert, plus vertueux et plus innovant.

Le Smartport Challenge a vocation à booster cette évolution, en rassemblant des acteurs de l'écosystème portuaire et en associant des grands groupes aux nouvelles opportunités offertes par des startups.

Pour le challenge, chacun de sept grands groupes ont formulé un défi auquel il doit faire face, et sélectionné une startup pouvant l’aider dans sa résolution. Pendant les quatre mois suivants, ces équipes défis – accompagnées par des “référents” pour coordonner les équipes – ont collaboré afin de développer les solutions qui seront présentées au Smartport Day #1 le 4 juillet à Marseille. (Vous pouvez consulter notre infographie sur la démarche pour en savoir plus.)

La CCIMP est partenaire fondateur de thecamp, tandis que le GPMM et l’AMU sont des acteurs clefs du territoire, donc c’était plus que naturel qu’on relève ces défis avec eux !

 

Quel rôle thecamp a-t-il joué dans le Smartport Challenge?

En tant que partenaire open innovation, nous avons apporté notre expertise méthodologique. Il fallait que le programme encourage les équipes à aller sur le terrain le plus tôt possible pour tester des hypothèses, et les accompagne jusqu’à la phase de prototypage pour conclure le challenge. Nous avons travaillé avec les organisateurs pour designer une structure de programme qui encourage la collaboration et l’émergence de résultats concrets. L'approche que nous avons choisie est basée sur le design thinking, processus d’innovation centré sur l’utilisateur plutôt que sur la technologie. 

Ensuite thecamp a accompagné les participants pendant une phase d’expérimentation de quatre mois. Nous avons notamment rassemblé les équipes à l'occasion de 3 journées de "sprint" à thecamp, où ils ont suivi des ateliers tous ensemble et par équipe. Ces ateliers ont permis aux équipes de s'approprier des méthodes de créativité et d’innovation dont ils pourront se servir à l’avenir. (Tout cela est présenté dans cette infographie sur la méthodologie.)

Pendant toute la durée du challenge, les experts de notre “Innovation Bar” étaient à disposition pour accompagner les équipes, par exemple Nathalie Dumas de FlyingRhino (expertise d’accès marché), Netsystem (expertise de protection des données) ou des experts de thecamp.

Accompagner des écosystèmes dans des processus d’innovation ouverte, c’est quelque chose qu’on fait tous les jours à thecamp ! En ce moment, nous travaillons par exemple avec la CCIMP sur 4helix+, un projet focalisé sur l’économie maritime durable ou blue economy, qui bénéficie d’un soutien au niveau de l’UE.

 

thecamp a travaillé avec l’équipe chargée de relever le défi du GPMM concernant le calcul des émissions CO2 dans le transport de marchandise. Quelle solution a émergé de ce défi ?

De plus en plus d’acteurs du transport de marchandise sont intéressés par la mesure de leur impact sur l'environnement. Le GPMM avait besoin d’une solution pour leur fournir cette information, et encourager l’optimisation ; c’est sur ce défi que thecamp était référent.

Le GPMM a collaboré avec la startup Searoutes pour développer une application d’éco-calculateur, qui est un peu comme un Google Maps pour le transport de marchandises, avec des estimations d’émissions CO2. L’application prend en compte les flux maritimes, mais aussi d’autres modes de transport – comme le transport fluvial, le train ou le transport routier – pour donner une vision claire des différents trajets et de leurs impacts carbone respectifs. 

Avec cet outil, les transporteurs peuvent plus facilement comparer les impacts CO2 potentiels (sans devoir le calculer manuellement pour chaque trajet !). Et surtout, ils peuvent mieux prendre en compte cette dimension dans leurs stratégies de transport – pour un port plus vert !

 

Le Smartport Day #1 est le 4 juillet, au J1 à Marseille. L’événement est gratuit et ouvert au public. Inscrivez-vous ici !

Jonathan Blaise
Chef de projet du Lab
Jonathan Blaise