Skip to main content
Stéphane Cobo RATP
Business models Qualité de vie Mobilité

3 questions à Stéphane Cobo

Si vous avez déjà voyagé sur le métro parisien, vous connaissez la RATP. Mais ce groupe, implanté sur quatre continents et partenaire fondateur de thecamp, pense la mobilité bien au-delà des transports en commun. Comment vivrons-nous en ville demain ? Stéphane Cobo, Innovation Manager et Startup Sherpa, nous répond !

– Quelles sont les grandes tendances de la mobilité dans le futur, et quelle y sera la place de la RATP ?

Déjà, depuis 15 ans, on ne parle plus de transports, mais de mobilité – c’est une évolution significative ! Tout au long du début du 20ème siècle et depuis l’avènement des métros, on parlait surtout de solutions techniques, d’une révolution technique d’ailleurs à l’époque, qui correspondait à une vision hygiéniste, efficace et mécanisée de la vie urbaine.

Aujourd’hui, on attend de la mobilité qu’elle soit aussi simple d’accès qu’Amazon ou Uber. On voudrait être pris en charge de porte à porte en un clic, pouvoir y travailler, se divertir, consommer, se détendre, échanger. On voudrait une mobilité qui nous facilite la vie quotidienne, qui comprenne nos besoins propres… On a maintenant une culture de la mobilité qui prend en compte des besoins sociétaux de déplacements fluides, simples, immédiats, continus et personnalisés.

Et bien sûr, on attend aussi que cette nouvelle mobilité se fasse dans la sobriété énergétique, sans émissions, et si possible sans bruit dans les zones urbaines… La mission des grands acteurs de la mobilité change radicalement, au métier d’opérateur vient s’intégrer un métier qui porte sur le bien-vivre en ville.

Pour le Groupe RATP, cela se traduit par la volonté de devenir un acteur de la “feel good city”, un acteur qui facilite la vie des citadins qui contribue à un cadre de vie durable sur le plan social, économique et environnemental. Nous utilisons ce terme en opposition à “smart city”, qui véhicule une approche plutôt sur-technologisée de la ville.

Cela veut dire que la RATP va remonter dans la chaîne de valeur mobilité, en devenant intégrateur de solutions et non plus seulement opérateur (CityMapper et Google descendent dans la chaîne de valeur, en allant des données personnalisées vers le transport ; Uber remonte, en allant du transport aux données.) Demain, la RATP sera avant tout une plateforme de solutions de mobilité, voire de solutions urbaines qui facilitent la vie en ville et qui augmentent la valeur des territoires. Une sorte de CitySolver dont la mobilité n’est qu’une des réponses.

Et c’est bien ce que nos clients, les collectivités, attendent : bien plus que du transport ou des solutions techniques, ils achètent du « cadre de vie », de la valeur sociale, environnementale et économique pour leurs territoires à travers la mise en place de solutions de mobilité.

 

– En septembre dernier, la RATP a lancé Urbanopolis, un « réseau des lieux d’innovation » ; ce réseau va-t-il contribuer à faire émerger ces solutions ?

L’objectif d’Urbanopolis est de booster la dynamique d’innovation à l’échelle du groupe.

Cela a vocation de favoriser l’inspiration, la collaboration et le partage. 6 lieux ont été ouverts (5 en Ile-de-France, 1 au Maroc) et d’autres pourront voir le jour prochainement. Le Hub, c’est le lieu qui est implanté au siège du Groupe à Paris, qui vise à organiser le réseau et à rendre visible l’effort d’innovation du Groupe.

Il y a aussi un programme d’innovation participative intégré à Urbanopolis, parce que nous avons la conviction que l’innovation est l’affaire de tous, que tout le monde peut avoir de bonnes idées. Les collaborateurs sont très engagés, nous avons déjà beaucoup de sollicitations.

 

– Quel est le sens du partenariat avec thecamp pour la RATP ?

Je vois thecamp comme une machine à fabriquer des B Corp (sociétés qui répondent aux plus hautes exigences de performance environnementale et sociale). Les partenaires de thecamp sont là pour essayer de traduire leur business en quelque chose qui a plus de sens, pour la société, pour l’environnement. La RATP est déjà une entreprise à mission, qui vise le bien commun et la mobilité pour tous, mais face aux bouleversements actuels et aux tensions qui pèsent sur notre business, nous devons nous transformer, nous réinventer. Le risque est de verser dans un modèle proche de celui de nos concurrents, quand bien même nous avons un ADN singulier. C’est pourquoi nous voulons réinventer notre modèle de B Corp. C’est tout l’enjeu de notre partenariat avec thecamp.