Skip to main content

Notre équipe est à votre écoute pour construire un programme adapté à vos besoins.

Contactez-nous

Atlier workshop thecamp
Pass Collaboration Innovation

Avec le Pass, les graines du changement semées chez Gemalto

Une vingtaine de professionnels du géant de la sécurité numérique ont pris part aux formations du Pass et forment désormais une communauté agissante, désireuse de promouvoir l’innovation au sein de l’entreprise et d’accélérer sa transformation.

Les nouvelles formes d’organisation et de collaboration pour l’innovation ne sont pas inconnues de ce spécialiste des technologies d’authentification et de protection des données, qui dès 2011 lançait son propre incubateur. Depuis quelques années néanmoins, le groupe cherche à aller encore plus loin, en s’efforçant de promouvoir la transformation numérique de toute son organisation, qui regroupe près de 15 000 collaborateurs répartis dans 47 pays.

Ce chantier considérable s’apparente à une mini-révolution culturelle, qui implique de faire adopter par tous les services de nouveaux processus, méthodes, démarches et outils à tous les niveaux. « Cette transformation touche toutes les activités de Gemalto et toutes ses fonctions », explique Christie Deydier, vice-présidente formation et développement. « Ces nouvelles manières de travailler ne doivent plus être un attribut exclusif de la R et D »,  complète Cécile Eurendjian, directrice de l’innovation marketing pour les services mobiles et l’internet des objets, « il faut que les silos s’effacent pour permettre à toutes les unités d’accélérer leur transformation en adoptant de nouvelles méthodes et un état d’esprit différent ».

Le choix du Pass s’imposait dans ce contexte, d’autant que thecamp se trouve tout près de trois unités clés du groupe : le centre de R et D, situé à La Ciotat, le site historique de production de Gémenos, où l’on teste les innovations de l’entreprise, et l’unité de développement de Sophia Antipolis.

Former un noyau dur chargé de propager le changement

Un premier groupe de 18 professionnels aux profils complémentaires, allant des juniors aux directeurs de différentes fonctions, a ainsi pris part à une cinquantaine d’ateliers sur une période d’environ cinq mois. « Nous avons beaucoup réfléchi à la composition du groupe pour nous assurer de sa capacité à jouer ensuite le rôle de levier du changement au sein de nos propres environnements et au quotidien », se souvient Christie Deydier. Chaque participant a bénéficié de trois formations différentes, portant sur des thèmes judicieusement choisis, comme le futur du travail, l’intelligence collective pour les organisations, la pensée systémique, l’idéation, le prototypage, etc.

Au fil des séances et des semaines, les participants transformaient leur perception et intégraient de nouvelles connaissances pratiques et théoriques. Deux points d’étape ont permis de suivre l’évolution du groupe, complétés par un bilan final, l’occasion pour tous de partager leur expérience. « Nous avons vécu des choses fortes dans le Pass, nous avons été bouleversés individuellement et collectivement », commente Cécile Eurenjdian, « nous ressentons désormais ce besoin de partager et de capitaliser sur ce que nous avons appris pour en faire bénéficier toute l’entreprise ».

Naissance des « mindset accelerators »

À l’issue du cycle de formation, une communauté baptisée « The mindset accelerators » a été créée pour permettre aux participants de tester et de transmettre les connaissances acquises. Cet été, ses membres ont invité Philippe Vallée, le P.-D.G. de Gemalto, à se rendre à thecamp pour lui exposer la démarche, ce qui leur a valu une invitation à présenter leur approche au prochain comité de direction de l’entreprise, prévu en octobre.

Les mindset accelerators travaillent en ce moment à la création d’une plateforme qui facilitera les échanges, ainsi que sur l’organisation de moments de rencontre. Chaque membre du groupe consacre désormais 5 % à 10 % de son temps à expliquer ses acquis à ses collègues, pour favoriser l’adoption d’une nouvelle culture au sein de l’entreprise et pour y stimuler l’innovation. « Nous allons au-delà de nos missions individuelles, en nous organisant autrement, en prenant des initiatives de manière organique, sans attendre que cela vienne d’en haut : c’est cela, la vraie révolution ! », conclut Christie Deydier.