Skip to main content
Jean-Christophe Bernard MoRice thecamp
Accélération et incubation – Le Village by CA

INSIDE THECAMP : Le Village by CA Alpes Provence à thecamp vu de l’intérieur…

MoRice participe à la deuxième saison du programme d’accéleration Climb, de septembre à décembre 2018. Découvrez le quotidien de ses fondateurs, entre leur atelier de production, à Marseille et des ateliers intensifs de développement de leur entreprise, à thecamp.

Une startup pour transformer notre rapport aux desserts à base végétale

Chaque jour à 5h30, Jean-Christophe Bernard est déjà dans son atelier des quartiers nord de Marseille pour préparer sa production de crèmes desserts. Elles auront besoin de toute la journée pour bien fermenter. Son objectif ? Rendre savoureux des desserts végétaux, tout en produisant bio et local.

Son entreprise, MoRice, étant à Marseille, il était logique de commencer avec le riz de Camargue, une céréale qui se marie bien avec des saveurs sucrées. « Demain, si l’on ouvre une unité à l’autre bout du monde, nous produirons avec une matière première locale », explique-t-il.

Il a fallu à Jean-Christophe et à ses deux associés un an et demi de recherche, de développement et de tests sur le marché pour passer à la phase active de commercialisation en mai 2018. Depuis, le réseau de vente de MoRice ne cesse de s’agrandir.

 

À thecamp, c’est le coup de foudre

Les créateurs de MoRice cherchaient à thecamp une passerelle pour rencontrer de nouveaux clients et surtout des investisseurs pour accompagner leur développement. Ils tenaient aussi à valider leur modèle économique, leur positionnement de marque et leur stratégie digitale. « C’est génial de pouvoir avoir accès aux mentors et d’être à l’écoute de leurs critiques. Quand tu produis, tu as la tête dans le guidon, tu n’as pas le temps de prendre du recul. Ici, on prend le temps de se confronter aux gens et de se laisser challenger. »

Depuis le mois de septembre, quand il quitte son usine le matin, l’entrepreneur prend la direction d’Aix-en-Provence pour rejoindre thecamp et participer aux ateliers, aux séances de coaching et à d’autres activités prévues pour la journée par l’équipe de Climb. « Chaque jour est un jour différent. Il y a les formations en groupe, puis des sessions individuelles pour traiter de la problématique de chaque participant. Par exemple, on te met en relation avec un designer qui examine ton packaging et te donne plusieurs conseils en or pour professionnaliser ton produit, des prestations souvent inaccessibles pour des jeunes entrepreneurs comme moi. »

 

« Une accélération extraordinaire ! »

La participation à Climb a permis à MoRice de bénéficier du carnet d’adresses du Crédit Agricole, qui a très vite saisi le potentiel du projet, et d’une forte proximité avec certains partenaires fondateurs de thecamp, également intéressés. Pour les mentors et business angels c’est aussi le coup de foudre : ils ont goûté et apprécié les desserts de MoRice, au point de se mobiliser pour permettre à l’entreprise de se lancer sur le marché au Canada et aux États-Unis.

« Ici, on rencontre facilement des sociétés qui sont difficiles à démarcher. Surtout, tu es directement en relation avec le dirigeant, et non le responsable de sourcing… Cela change tout, c’est une accélération extraordinaire ! L’autre jour, nous avons pu rencontrer des personnes de la famille Mulliez (Auchan, Decathlon, Leroy Merlin…) et leur présenter nos produits. Je suis aussi en contact avec Sodexo pour tester mes yaourts dans un de leurs restaurants. C’est une telle galaxie de grandes sociétés, que si tu veux vraiment en profiter, il te suffit de faire au mieux, car en plus ils ont envie de t’aider. Les gens qui tournent autour des startups ont une mentalité différente, ils ont l’esprit jeune, ils ont les mêmes valeurs que toi. »

Le cofondateur de MoRice a ainsi pu valider auprès de grands décisionnaires et des mentors que son concept plaît, et il a compris qu’il faut aller encore plus loin. « Ici, on m’a appris à être plus ambitieux sans pour autant rentrer dans une logique hyper capitalistique. Notre marché est porteur mais il nous faut aller plus vite, car les produits végétaux sont en train de monter et de gros acteurs sont déjà en train de se positionner. »

thecamp lui a également permis de vérifier que son intuition de départ était bonne : elle consiste à implanter des micro-usines un peu partout en valorisant systématiquement les ressources locales avec son procédé technologique. « Ma valeur ajoutée est dans l’innovation, pas nécessairement dans la production, après cela dépendra de chaque pays. »

 

Des résultats en toute bienveillance

Il est presque 16h, l’heure pour Jean-Christophe de retourner à l’usine pour lancer la mise en pots. Mais il a déjà envie de revenir…

« Ici, on est soudé, c’est un peu comme à l’université », il raconte. « Il y a une cohésion de groupe qui se crée, on s’entraide énormément, on se challenge et on se congratule. Nous sommes tous des créatifs, nous avons tous créé nos boîtes, nous avons les mêmes difficultés. En un coup d’œil, on peut identifier ce qui ne va pas dans le projet de l’autre. Il y a beaucoup de bienveillance dans tout cela. J’ai fait des rencontres qui me suivront toute la vie, ce qui est très rare ! »

Depuis, la marque est déjà en discussions avec d’importants réseaux de distribution bio, qui ensemble représentent 50 points de vente supplémentaires. Enfin, la participation de MoRice au Salon international de l’agriculture (Sial) dans le stand du Crédit Agricole tout comme sa présence au Protein Summit à Lille lui ont valu une forte visibilité.

 

Pour en savoir plus ou pour contacter l'équipe, rendez-vous au site web de MoRice.