Skip to main content

Notre équipe est à votre écoute pour construire un programme adapté à vos besoins.

Contactez-nous

Fablab ICI thecamp
Prototypage Makers

Interview Nicolas Bard - Make ICI

Pour son FabLab, thecamp s'associe à Make ICI, le réseau d’ateliers collaboratifs et solidaires né de la création d’ICI Montreuil. L’installation dans les prochaines semaines d’une antenne de plus de 3 000 m2 à Marseille permettra la circulation de l’esprit maker et des projets entre ces différents espaces.

Rencontre avec Corinne Chauffrut-Werner, Collaboration & innovation catalyst à thecamp, et Nicolas Bard, le co-fondateur d'ICI Montreuil pour nous présenter les spécificités du futur FabLab de thecamp.
 

Comment est née la collaboration entre thecamp et Make ICI ?

Corinne Chauffrut-Werner : J'ai rencontré Nicolas à ICI Montreuil. À l'époque, je travaillais pour un grand groupe et on y a organisé quelques workshops. J'ai toujours pensé que le modèle développé par ICI Montreuil était extrêmement vertueux, parce qu’il favorise l'acculturation de personnes, de groupes, d'associations ou d'entreprises qui ne se côtoient que trop rarement, tout en conservant une dimension entrepreneuriale et sociale importante. Quand j'ai intégré le projet thecamp, la collaboration avec Nicolas m'a semblée évidente.

 

Nicolas Bard : D'autant que nous sommes entrés dans une nouvelle phase de développement qui donne une résonance particulière à ce partenariat ! Nous sommes en train d’essaimer le modèle ICI Montreuil dans une dizaine de villes en France, avec de gros projets. À Marseille, on prévoit d'ouvrir début 2018 un site de 3 000 m2 (soit une surface deux fois plus grande que le FabLab de Montreuil, ndr). On va pouvoir proposer des services qu’on ne proposait par manque de place en Île-de-France, avec des savoir-faire Made In Provence, un espace d'assemblage, des ateliers partagés et la possibilité d'héberger les startups qui le souhaitent.

 

Pourquoi un FabLab à thecamp ?

CCW : Compte tenu de l'ambition de thecamp d'avoir un impact positif sur certains grands enjeux sociétaux, avoir un FabLab à thecamp était absolument nécessaire. thecamp accueillera des entrepreneurs, des artistes, des professionnels, des étudiants, des chercheurs… qui vont imaginer collectivement des solutions concrètes et positives pour notre planète. Il fallait donc un endroit pour passer de l'idée à l'action ! C'est le but de ce FabLab : permettre aux campers de penser avec leurs mains et de prototyper très vite leurs idées.

 

NB : Et avoir cet espace à thecamp, ça représente un point d’entrée dans l’univers du making. À première vue, la dimension du FabLab de thecamp – environ 120 m2 – peut sembler limitée. Mais ici, ce n'est pas la taille qui compte, car ce FabLab sera adossé à celui d'ICI Marseille et bien sûr au reste de notre communauté d’artisans, artistes, designers et entrepreneurs du faire, soit à plus de 100 savoir-faire ! Et cette taille réduite, c’est en fait un réel atout. Parce que ça nous permet d’être agiles et d'ajuster les ressources en matériel et en savoir-faire selon les besoins exprimés.

 

CCW : Au-delà de ces considérations, limiter la taille – et, de facto, les capacités – du FabLab de thecamp répond également à notre volonté de multiplier les échanges, et notamment les échanges intra-régionaux. Ce qu’on espère, c'est que nos campers aillent finaliser ou développer leurs prototypes à une plus grande échelle en allant dans le FabLab d'ICI Marseille. On s’appuiera d’ailleurs sur cette richesse pour pousser plus loin certaines réalisations.

 

Nicolas, y a-t-il d’autres intérêts pour Make ICI d'être présent à thecamp ?
Les intérêts sont multiples ! D'abord, nous sommes très fiers de participer à un projet avec lequel nous avons beaucoup de valeurs communes, et notamment celles d'avoir un impact positif à la fois sur la société et sur notre planète. De manière plus pragmatique, ICI Montreuil a, dès sa création, travaillé avec de grandes entreprises qui étaient intéressées pour co-créer avec nous. Grâce à notre communauté de makers, elles pouvaient confronter leurs projets à un écosystème différent, et ainsi développer des solutions originales. En revanche, il s'agit toujours de projets ponctuels. En étant présent à thecamp, on va pouvoir continuer à travailler avec de grands groupes, mais dans une optique de long-terme. Aucun projet ne solutionnera à lui seul les problématiques de mobilité urbaine ou d'énergies renouvelables. Faire partie de thecamp nous permettra donc de participer à la réflexion et à l'élaboration de solutions nouvelles à long-terme. Et ça, c'est très excitant !

 

Que va-t-on trouver dans le FabLab et qui pourra y avoir accès ?

CCW : Le FabLab sera ouvert à tous les campers, les résidents et startups hébergées sur le campus ainsi que les entreprises environnantes. Il sera également accessible à l'équipe opérationnelle, avec l'ambition d'arriver à terme, à un transfert de compétences entre les équipes d'ICI et celles de thecamp. Il y aura un FabLab Manager qui animera le lieu, accompagnera les campers pour la réalisation des prototypes et assurera également des formations et ateliers de découverte du monde des makers. À l'ouverture du campus, le FabLab sera équipé d'imprimantes 3D, d’une découpe laser, d’équipements électroniques, de tous les outillages nécessaires à la modélisation et au prototypage, et d’établis pour les étapes de fabrication.

 

NB : C'est notamment pour ça que nous nous sommes associés à la Quincaillerie Aixoise pour tout ce qui concerne la fourniture des machines, des outils et des consommables. C’est elle qui équipera le FabLab de thecamp et celui d'ICI Marseille. Dans une logique d'écosystème tout d'abord, puisqu'il nous semblait important de faire profiter les entreprises locales de cette dynamique créative, mais surtout dans une logique agile ! Travailler avec nos fournisseurs en région parisienne n'aurait fait qu'allonger les délais et alourdir les procédures et on tenait à pouvoir avancer rapidement.

 

Nicolas, comment est née l'idée d'ICI Montreuil ?
À l'époque, avec mon épouse, on travaillait dans la pub et la finance et on voulait changer de vie ! On s’est inspirés du Bateau-Lavoir, une maison du xviiie arrondissement de Paris qui a accueilli, pendant la première moitié du xxe siècle, des artistes et des artisans en résidence. Des gens comme Pablo Picasso, Jean Cocteau, Amedeo Modigliani, Henri Matisse, Georges Braque ou encore Fernand Léger ! Entre les deux guerres, Paris était considérée comme la ville la plus innovante au monde sur le plan artistique, notamment grâce à la collaboration inédite entre artistes et artisans. C'est ça qu’on a essayé de reproduire, en accueillant, dans un même lieu, des entrepreneurs, des artistes, des designers, des architectes, des artisans et des spécialistes du numérique, pour que se créent des synergies improbables et une dynamique créative nouvelle.

 

La mise en œuvre a été compliquée ?
Non, parce que les makers savent que les associations de compétences disparates sont sources de créations originales. Il a donc été très simple de construire une communauté rassemblant des savoir-faire très divers. Il ne restait plus qu'à trouver l'endroit. Aujourd'hui, notre ambition est de mettre en valeur les savoir-faire locaux et d'élargir nos domaines de compétence. Les makers marseillais auront des spécialités qu'on ne retrouvera pas forcément ailleurs, comme par exemple la charpenterie de marine, la construction navale ou les compétences liées aux senteurs. Ces savoir-faire profiteront à toute la communauté, et notamment à celle des campers !